• Karina Sokolova, par Agnès Clancier, 2014

    Un roman (autobiographique ?)  écrit par une mère pour sa fille adoptive. Je n'ai pas pu le lâcher avant de l'avoir fini, tant cette lettre d'amour m'a renvoyée au mien pour mes filles. Un roman sur l'adoption, mais pas seulement. Un roman sur la parentalité, sur les peurs et les joies d'être mère. Magnifique.

    Quelques extraits qui m'ont touchée :

     - sur les parents adoptants :

    (...) il existe aussi des êtres qui veulent donner une chance à ces enfants perdus, qui vont jusqu'à mettre leur famille en danger, pour se lancer dans ce pari insensé. Souvent, ils réussissent. Parfois, malgré tout cela, ils échouent. parce que, pour cet enfant là, c'était trop tard, son malheur était devenu irréversible.

    - sur la non reconnaissance par la famille de cette filiation :

    Sous le sapin, les présents formaient une montagne plus haute que toi. Tu les regardais avec de grands yeux ébahis et j'avais toutes les peines du monde à te retenir. Tu voulais aller les ouvrir.

    - Ils ne sont pas tous pour toi, voyons. Il y en a pour tout le monde.

    Ma belle-soeur t'en a tendu un. Je ne sais plus ce que c'était.

    - On s'est tous cotisés, a annoncé mon frère.

    Je n'ai pas compris tout de suite. Tu voulais en ouvrir d'autres. Tout le monde faisait cela. je te disais d'attendre, pendant qu'ils déballaient leurs présents. Je t'emprisonnais avec mes bras et tu essayais de t'échapper de toutes tes forces. Cela a duré longtemps, car chacun avait plusieurs paquets. Il n'y a que pour toi qu'ils s'étaient cotisés. Tu n'en avais qu'un, alors que ta cousine en recevait une dizaine. Nous avons passé la soirée à les regarder se remercier mutuellement.

     

    Un petit (gros ?) bémol, cependant : la vision donnée du système scolaire français - qui maltraiterait ses élèves dès la maternelle. Quelques lignes qui font mal à l'instit' ordinaire que je suis. Des lignes qui donnent certes à réfléchir, mais que j'ai trouvées fort injustes.

    Elle était brune, avec des cheveux longs. Je crois qu'elle s'appelait Elisabeth. Elle ne comprenait pas comment un enfant pouvait ne pas avoir de papa. Cela la scandalisait. Elle semblait penser que j'aurais dû te laisser à l'orphelinat. 

    Un matin, elle demande à me parler, avec sur le visage et dans la voix quelque chose qui me dit que ce n'était pas pour nous féliciter. 

    - Votre fille ne sait pas compter.

    Son regard fulmine. Elle a l'air excédée. J'attends. Ce ne peut pas être que cela. C'est sûrement plus grave. J'ignorais d'ailleurs jusqu'à ce jour qu'il fallait savoir compter en première année de maternelle(...). 

    - Elle ne comprend rien à la numération.

    Diantre ! Voilà qui se précise. La numération ! Mais c'est que c'est utile, la numération, comme le savait bien la boulangère de mon enfance, qui se trompait une foi sur deux en rendant la monnaie.

     

    Non, Agnès Clancier, je crois que vous vous trompez sur cela :  la majorité des enseignants se fichent bien de savoir si leur élève a été adoptée, si elle est issue d'une famille monoparentale, ou homosexuelle, ou je ne sais quoi encore. Quelle importance ? Ce n'est absolument pas notre problème. Seuls comptent le quotidien de la classe, les progrès des élèves, la transmission, cent fois remise en question, du savoir, le maintien d'une relation fragile avec un groupe hétérogène que l'on est seul, tout le temps, à faire avancer. Nous aussi, notre plus grand défi consiste à "donner une chance aux enfants perdus". Et parfois, "c'est trop tard", nous échouons. Nous aussi.

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 4 Janvier 2015 à 22:08

    Le début donne très envie mais le bémol est quand même gros, non? 

     

     

     

    2
    Dimanche 4 Janvier 2015 à 22:20

    Oui, je vais éditer un peu !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :